Mais où va le droit ?

Freud écrivait : « La vie des êtres humains entre eux ne devient possible qu’à partir du moment où il se trouve une majorité plus forte que tout individu et faisant bloc face à tout individu. Le pouvoir de cette communauté s’oppose alors en tant que “droit” au pouvoir individuel, condamné comme “violence”. C’est le remplacement du pouvoir de l’individu par celui de la communauté qui constitue le pas décisif vers la civilisation[1]. » Et il ajoutait encore un peu plus loin : « Ce qui s’agite dans une soci...

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine

Michel Juffé

Le 27/04/2021

Michel Juffé

Le 27/04/2021
Le droit charpente d'une société
Excellent article, qui utilise à bon escient les ressources de la philo et de la psychanalyse. la pire stupidité (et puissance) du "genrisme" et autres opportunismes, est que si des Autres, formant société, n'étaient pas témoins et destinataires des "choix" individuels, ceux-ci n'auraient aucune existence. Un atome ne cherche pas à être identifié par un autre atome : ils coexistent, c'est tout.