A lire aussi

Long chemin vers la mer

Pour la quatrième pièce de Lars Norén qu’il met en scène, Jean-Louis Martinelli, directeur de Nanterre-Amandiers, est remonté aux origines. Il adapte, avec la liberté autorisée par une familiarité avec l’auteur et son théâtre, Calme, une longue œuvre autobiographique, indissociable de la référence à Eugene O’Neill.

Rendre compte de Tristesse animal noir, et son saisissant incendie de forêt, d’Anja Hilling par Stanislas Nordey à la Colline (1) ou de Calme de Lars Norén par Jean-Louis Martinelli ? Poursuivre la découverte en France d’une jeune Allemande, reconnue comme révélation de l’année par la prestigieuse revue Theater Heute dès 2005, ou revenir à une œuvre internationalement célébrée, au-delà des limites de la Suède ? Le calendrier tranche, quand les nombreux spectacles du secteur public, en région parisienne, se terminent de plus en plus vite, en l’occurren...

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine