Sur le même sujet

Livre du même auteur

Littérature suisse romande. Voyageurs fugitifs aux confins de l’Asie

Un cirque à Vladivostok, entre deux saisons. Anna, Nino et Anton s’entraînent à la barre russe, accompagnés de leur metteur en scène et observés par Nathalie, une jeune costumière fraîchement débarquée d’Europe de l’Ouest. Un roman comme une gouache, tout en demi-teintes.
Elisa Shua Dusapin
Vladivostok circus
(Zoé)

L’ambiance solitaire et mélancolique qui se dégage du dernier livre d’Elisa Shua Dusapin fait penser à l’un des plus célèbres tableaux du jeune Picasso, Famille de saltimbanques. Peinte en 1905, en pleine période dite rose, l’œuvre montre, dans un paysage nu et aride, un groupe d’acrobates avec, au premier plan, une femme assise qui semble lui tourner le dos. Mais c’est une étude préparatoire du tableau, en gouache et fusain, aujourd’hui conservée à la collection Chtchoukine, qui s’apparente encore mieux à l’atmosphère hivernale du roman de la jeune écrivaine jurassienne. Sur ce...

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine

Vous aimerez aussi