Littérature et bande dessinée. Génétique d’une rencontre

Article publié dans le n°1210 (01 mars 2019) de la Nouvelle Quinzaine Littéraire

La puissance et la plasticité du numérique ont eu ces dix dernières années des conséquences étonnantes sur la mise en valeur du métier de dessinateur de bandes dessinées. En multipliant les approches, les sites internet, les blogs et aujourd’hui les réseaux sociaux ont donné aux reportages de courte durée sur la fabrication du neuvième art, aux manuscrits et aux esquisses en ligne une forme inattendue d’existence et de légitimité. Les éditeurs traditionnels l’ont compris et reprennent aujourd’hui avec bonheur le processus des études génétiques.
Pétrone – Blutch. Une rencontre

Le processus de retour vers les origines s’était déjà élaboré par intermittence des années 1970 aux années 1980, où l’on vit simultanément le prix des planches originales s’envoler, les magazines comme Les Cahiers de la bande dessinée s’intéresser aux « ateliers » des dessinateurs et paraître les esquisses testamentaires de Tintin et l’Alph-Art d’Hergé (réédité chez Casterman en 2004). Plus récemment, dans la suite d’un mouvement éditorial repérable depuis les années 1990[1] et qui multiplie les pré...

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine

Vous aimerez aussi