A lire aussi

Livre du même auteur

Lire Simenon est une ivresse

Il faut se (re)plonger dans l’œuvre gigantesque de Simenon, s’y égarer, s’en délecter sans fin.

Lire Simenon, se plonger dans le « magma » de son œuvre époustouflante et démesurée, s’apparente à une ivresse. On se laisse emporter, pris par une sorte de stupeur, de fascination. On admire, sans trop savoir pourquoi le plus souvent. On lit ces œuvres en ayant le goût de ne pas finir. Simenon fait partie des écrivains qui accompagnent la vie entière.


Il y a quelque chose d’hypnotique dans ces romans, qui ont trop longtemps pâti d’un malentendu que l’incroyable prolixité de l’écrivain a entretenu et qui aujourd’hui se révèle nettement. Des titres, des intrigue...

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine

Vous aimerez aussi