Sur le même sujet

Leur vie

 Jalousie et désarroi. Sa propre relation conjugale est au centre de tous les écrits de Sophie Tolstoï. Elle en est la raison d’être. Elle en forme l’axe. Dans son Journal (tenu entre 1862 et 1910, les années de mariage) Sophie Tolstoï cherche à dire, sur le vif, la vérité de son cœur. Dans ses Mémoires (c’est à la fin de la vie et après la mort de Léon Tolstoï) elle la construit et construit sa justification.
Sophie Tolstoï
Journal intime (1862-1910) (Albin Michel)
Sofia Tolstoï

Tout au contraire, l’œuvre et les Journaux de Léon Tolstoï englobent, entre autres, la relation conjugale. Ils lui donnent une autre place, dans une dimension qui n’est pas sentimentale mais intellectuelle et qui déborde leur couple. Sophie ne sort pas de la femme mariée déçue. Tolstoï, écrit-elle, « vivait entièrement dans le monde de l’esprit, de la création et des occupations abstraites, un monde qui le comblait, et il ne se tournait vers sa famille que pour se reposer et se distraire », et vers elle en particulier, Sophie, qui s’en plaint d’ailleurs à tout bout de c...

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine

Vous aimerez aussi