Sur le même sujet

A lire aussi

Livre du même auteur

Lettres persanes

Mission en Iran, octobre 2015.
Ramita Navai
Vivre et mentir à Téhéran
(Stock)

Paris-Téhéran : le choc ne pouvait être plus brutal. Nous sommes arrivés la veille de l’Ashoura, la cérémonie de deuil commémorant le martyre de l’imam Hussein. La ville, d’habitude plongée dans de gigantesques embouteillages et une pollution intense, était immobilisée. Les hurlements des haut-parleurs psalmodiant les prières, les processions accompagnées de séances d’auto-flagellation – sans que le sang coule, les mollahs l’ont interdit – étaient accompagnées du martèlement assourdissant des tambours. Derrière les hommes en noir venaient des femmes de tous âges dans leur tchador, le fou...

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine

Vous aimerez aussi