Sur le même sujet

A lire aussi

Lettres de Zola à son épouse

En 2004 ont paru les lettres d’Émile Zola à Jeanne Rozerot, sa maîtresse, mère de leurs deux enfants. Aujourd’hui paraissent, chez le même éditeur, celles qu’il envoya à peu près au cours de la même période à sa femme, Alexandrine. L’édition de cette correspondance est aussi soigneusement établie, présentée et annotée que la précédente par Brigitte Émile-Zola et Alain Pagès (assistés de quelques autres spécialistes). Ce recueil, dernière série de grands inédits d’Émile Zola, est le journal de bord d’un écrivain dans ses activités officielles et privées, mais tenu ici à des moments charnières de son existence – celui de son engagement dans l’affaire Dreyfus, et celui de crises sentimentales avec ses « chères femmes » (c’est ainsi qu’il s’adresse dans ses lettres aussi bien à Jeanne qu’à Alexandrine).
Emile Zola
Lettres à Alexandrine (1876-1901)

Hormis quelques-unes datant des années 1876-1883, les lettres ont été écrites en majorité entre 1897 et 1901 et sont suscitées par les absences très dramatiques d’Alexandrine ou de Zola. Les départs d’Alexandrine de Paris sont volontaires : elle passe plusieurs mois en Italie entre 1895 et 1901 pour calmer le chagrin et la colère qu’elle ressent depuis qu’une lettre anonyme, en 1891, lui a fait découvrir l’existence de l’autre ménage de son époux. Le départ de Zola de Paris, lui, n’est pas volontaire : il doit s’exiler pendant l’année 1898 en Angleterre à la suite de sa condamn...

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine

Vous aimerez aussi