Les sables de l'interprétation

Dans les années 1970, les sémioticiens ont ouvert les vannes de l'interprétation des œuvres. Depuis, des ouvrages majeurs, comme Lector in fabula d'Umberto Eco, ont créé des émules chez des littéraires qui ont parfois attrapé la maladie de l'interprétation : l'affabulation. Sans aller jusque-là, il est possible de mesurer les dégâts causés par les interprétations imprudentes : on a vu des universitaires bâtir un « art de Rimbaud » à partir d'une version des Illuminations dont plusieurs philologues et rimbaldiens ont montré l'incohérence ; on a vu des spécialistes de Pas...

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine