Sur le même sujet

A lire aussi

Les ruines de Cy Twombly

Article publié dans le n°1166 (01 févr. 2017) de la Nouvelle Quinzaine Littéraire

Pour Cy Twombly, la caractéristique principale de son œuvre était de peindre la littérature, d’écrire la peinture ; la rétrospective du Centre Pompidou permet d’évaluer la singularité de cet artiste américain né en 1928 à Lexington (Virginie) et mort, à Rome, en 2011. Une vie qui aura traversé les bouleversements de la seconde moitié du XXe siècle et qui s’achève dans les inquiétudes de la première décennie du XXIe.

EXPOSITION

CY TWOMBLY

Centre Pompidou, Paris

30 novembre 2016-24 avril 2017

Twombly vient du Nouveau Monde et de l’expressionnisme abstrait de Jackson Pollock, mais très vite il a migré vers le vieux continent, vers l’Europe en ruines après la guerre et a trouvé en Italie et dans le bassin méditerranéen sa terre d’élection. Il effectue un premier voyage en 1952, notamment au Maroc, en compagnie de Robert Rauschenberg, dont une photographie de ce dernier prise à Rome cette année-là annonce toute l’entreprise de Twombly. On le voit debout dans la cour du musée du Capitole fixant la main à l’index pointé de la statue colossale de l’empereur Constantin. D’habitude, ...

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine

Vous aimerez aussi