Sur le même sujet

A lire aussi

Les mots cachés derrière les mots

Article publié dans le n°1175 (16 juin 2017) de la Nouvelle Quinzaine Littéraire

On pourrait penser que les langues servent aux humains à communiquer. Mais, parfois, loin de véhiculer une information intelligible, ou parallèlement à cette transmission, elles servent à crypter un message pour le rendre hermétique au plus grand nombre. Pour le bonheur des ruffians, des poètes, des dieux et de quelques linguistes…
Daniel Heller-Roazen
Langues obscures. L’art des voleurs et des poètes

Sérieux, documenté, argumenté, étayé comme il convient à un travail universitaire (son auteur enseigne à l’université de Princeton) par une abondante bibliographie et un appareil critique de premier choix, l’ouvrage de Daniel Heller-Roazen intéressera quiconque est curieux de linguistique, de philologie comparée ou d’histoire littéraire. Il s’organise en onze chapitres, chacun étant consacré à un exemple de langue obscure. Par là, il faut entendre moins une langue secrète que les « usages secrets des langues communes ».


Certains se font par jeu, d’autres avec un grand es...

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine

Vous aimerez aussi