Les liaisons venimeuses

Article publié dans le n°1182 (01 nov. 2017) de la Nouvelle Quinzaine Littéraire

« Concernant le récit autobiographique, je suis allée aussi loin que j’ai pu dans La Pianiste, je n’irai pas plus loin », dixit Elfriede Jelinek, auteure aussi détestée qu’admirée. Au lecteur de démêler le fictif du réel : Jelinek s’entaillait-elle le corps ? Fréquentait-elle les peep-shows ? Sa mère était-elle à ce point tyrannique ?


Dans le récit, Erika Kohut, 36 ans, exerce comme professeur de piano à Vienne, berceau de la musique et de la psychanalyse. Jusque-là, rien de bien extraordinaire. L’insolite est ailleurs : Erika partage encore le même logis et le ...

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine