Sur le même sujet

A lire aussi

Les jazz de Boris

Boris Vian jouant de la trompette chez sa première épouse Michelle Léglise (1946)

« - Bonjour ! dit Chloé ...
- Bonj... êtes-vous arrangée par Duke Ellington ? demanda Colin... Et puis il s'enfuit parce qu'il avait la conviction d'avoir dit une connerie. »


On reconnaît ici un des plus tendres et joyeux passages de l’Écume des jours de Boris Vian. S’y condense, sans s’y résumer, cette ambiance jazz qu’aimait Boris Vian à mesure qu’il la prodiguait autour de lui. Ce mélange insolite et heureux de légèreté, de pudeur et d’audace. L’aventure jazz était liée à la marche des séductions entre jeunes hommes et jeunes f...

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine

Vous aimerez aussi