Sur le même sujet

A lire aussi

Les interférences surréalistes de Giovanna

Article publié dans le n°1197 (01 juil. 2018) de la Nouvelle Quinzaine Littéraire

Laura Santone, qui enseigne la linguistique française à l’université de Rome-III et qui était une amie de Jacqueline Risset (à qui elle dédie « Écouter, écrire, signifier »), comble une lacune en mettant en lumière l’œuvre d’une artiste originale, Anna Voggi, dite Giovanna, née en 1934, dont la verve créatrice continue encore aujourd’hui à s’exprimer librement au gré de son inspiration.
Laura Santone
Écouter, écrire, signifier. Sur l’art verbal de la créatrice surréaliste Giovanna

Tout a commencé pour Giovanna en 1960, lorsqu’elle rencontre Jean-Michel Goutier, son compagnon de toujours, avec qui elle va épouser le surréalisme juste avant la mort d’André Breton, héritant ainsi à sa manière des dernières lueurs du mouvement (Jean-Michel Goutier est notamment l’éditeur, chez Gallimard, des lettres de Breton à sa fille, Aube, et à sa première épouse, Simone Kahn). Ensemble, ils créent, en 1965, Ligne de force surréaliste (un montage de textes) et surtout La Carte absolue, une performance qui met en scène le corps nu de Giovanna. Ensuite, Gi...

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine

Vous aimerez aussi