Les idiots de Töpffer. Entretien avec Thierry Smolderen

Thierry Smolderen, né en 1954 en Belgique, est scénariste, essayiste, historien de la bande dessinée et professeur à l’École européenne supérieure de l’image d’Angoulême. Primé à plusieurs reprises ces dernières années pour « Souvenirs de l’empire de l’atome » (Dargaud, 2013) et « L’Été diabolik » (Dargaud, 2015, avec Alexandre Clérisse au dessin dans les deux cas), il prépare un essai important sur Töpffer, qui devrait paraître en 2018.  

Luc Vigier : Thierry Smolderen, vous travaillez depuis plusieurs années sur le cas fascinant des créations de Rodolphe Töpffer (1799-1846), où apparaissent un certain nombre d’idiots. Qui sont-ils ? Et dans quelles œuvres apparaissent-ils ? À moins qu’il s’agisse d’un principe qui contamine tous les personnages de cet auteur prolifique ? 


Thierry Smolderen : Tous les actes posés par tous les personnages de Töpffer peuvent être qualifiés d’idiots, parce qu’ils témoignent d’une prof...

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine

Vous aimerez aussi