A lire aussi

Livre du même auteur

Les guerres tardent à se terminer

Alfons Cervera
Tant de larmes ont coulé depuis

Voici un livre attachant qui revient sur les conséquences de la guerre civile d’Espagne sur un ton inattendu, faisant alterner des mini-récits et de brefs poèmes en prose, aucun d’entre eux n’excédant cinq pages ; il en résulte une sorte d’espace textuel réitéré qui contribue à l’unité de l’ouvrage et en renforce le tour très personnel, marqué d’entrée de jeu : « L’enfant sur cette photo, c’est moi lorsque j’avais neuf ans. Son regard est noyé de détresse, comme le nôtre à l’époque où nous regardions passer les trains dans les gares de France ». Cette sorte d’insécurit...

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine