Sur le même sujet

Les émotions au fil des siècles

Ce qui impressionne d’emblée, c’est la variété des abords d’un terme qui fait problème : l’étymologie et l’évolution du concept ont droit à deux chapitres et la question des glissements ou ruptures de sens est présente dans la plupart des quarante contributions.
Alain Corbin
Jean-Jacques Courtine
Georges Vigarello
Histoire des émotions : de l'Antiquité aux Lumières (Seuil)
Alain Corbin
Jean-Jacques Courtine
Georges Vigarello
Histoire des émotions : des Lumières à la fin du XIXe siècle (Seuil)

On apprend ainsi que le verbe « esmaier » signifie « entrer dans un état de privation de la conscience ». Par curiosité, je suis allé voir sur quelques sites et je trouve : « Ce verbe vient du bas latin exmagare qui signifie ‟priver quelqu'un de ses forces”. Le mot a été formé à partir de ex- privatif et de magan, d'origine germanique, et qui signifie ‟pouvoir”. En ancien français, ce verbe a le sens de ‟effrayer”. Il signifie aussi ‟troubler, inquiéter”. Ce verbe a parfois le sens de ‟être en émoi” d'où ‟défaillir”. » 


Comme le substantif « es...

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine

Vous aimerez aussi