A lire aussi

Les dieux et les hommes

 Ce roman tente de répondre à une question simple : que se passe-t-il vraiment pendant une journée d’été, de l’aube au crépuscule, dans une grande demeure irlandaise où se meurt un vieil homme ? À question simple, réponse complexe, il ne peut en être autrement avec John Banville. D’autant plus que les dieux vont se mêler des affaires des hommes.
John Banville
Infini (The Infinities)

Précisons d’emblée qu’Adam Godley, le grand mathématicien, est veillé, souvent d’étrange manière, par sa seconde femme Ursula (la première, Dorothy, s’est suicidée), son fils Adam et Hélène son épouse, Petra « la sœur timbrée » d’Adam, Ivy et Duffy les employés, et deux visiteurs, Benny Grace et Roddy Wagstaff. Unité de lieu, unité de temps, unité d’action – quelle action ? – tout semble en place pour une tragédie antique. Mais voilà : la virtuosité narrative, délibérément déconcertante et parfois alliée au grotesque, renvoie aux manipulations subtiles de dieux farceurs qui, s’ennuyant d...

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine