Les déchirements d'Albert Camus

 La proposition de M. Sarkozy de mettre Albert Camus au Panthéon a fait couler beaucoup d’encre et suscité quelques numéros spéciaux de nos confrères. Nous pensions échapper à ce barouf. Mais voici que paraît un Dictionnaire Albert Camus dans la collection « Bouquins » qui est de notre gibier et nous permet en outre de rappeler la parution des Œuvres complètes de l’écrivain dans La Pléiade. La recension de ce Dictionnaire Albert Camus permet à Omar Merzoug de rappeler ce que les uns et les autres, célébrant l’attitude « humaniste » – en fait politique – de Camus, ont passé sous silence, et rappelle un certain nombre de vérités, qui non seulement sonnent désagréablement aux oreilles des ex-colonisés, mais qu’il n’est pas mauvais de rappeler quand l’écrivain disparaît derrière le mythe. (M. N.)
Albert Camus
Jeanyves Guérin
Dictionnaire Albert Camus (Laffont)

Le 4 janvier 1960, à 47 ans, Albert Camus se tuait dans un accident de voiture qui a revêtu le sens d’un destin tragique, d’un scandale ontologique. « Pour l’acteur comme pour l’homme absurde une mort prématurée est irréparable » avait-il écrit dans Le Mythe de Sisyphe. Ce décès allait ceindre d’un halo de gloire l’auteur de L’Étranger et contribuer puissamment à sa renommée. Camus était beau, encore jeune, « riche de ses seuls doutes » et devant une œuvre encore « en chantier ». La consécration de l’auteur, qui se présentait comme un rebelle et ne voulait rien...

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine