Sur le même sujet

A lire aussi

Les « blogs » littéraires

Article publié dans le n°1139 (14 nov. 2015) de la Nouvelle Quinzaine Littéraire

Le mot blog n’a rien de transparent, c’est le moins que l’on puisse dire. Mot-valise issu de l’anglais Web et log, qui signifient respectivement Toile (celle d’Internet) et note, le blog est entré dans le dictionnaire aussi facilement que dans nos habitudes. Il faut peut-être traverser l’Atlantique pour prendre un peu de recul : chez les Québécois, on l’appelle le cybercarnet. On y voit plus clair. 

Cet outil est en effet un périodique en ligne, souvent rédigé par une personne unique, et qui offre l’opportunité de laisser des commentaires. Au fur et à mesure de leur histoire, les plateformes se sont enrichies et ouvertes à toutes les innovations d’Internet : le lien hypertexte, l’image, la vidéo, le GIF, le référencement sur les moteurs de recherche et les curateurs comme Scoop.it…


Pour certains écrivains, cette nouvelle liberté a fait figure d’eldorado ; pour d’autres, au contraire, il y a tout à perdre à se disséminer ainsi sur la toile, quand le blog n’est pas carrément l...

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine

Vous aimerez aussi