Sur le même sujet

A lire aussi

Les aventures du modernisme

Article publié dans le n°1196 (16 juin 2018) de la Nouvelle Quinzaine Littéraire

Essayiste et philosophe, professeur de sciences politiques au City College de New York, membre du comité de rédaction de la revue « Dissent » et contributeur régulier à la « New Left Review », Marshall Berman (1940-2013) explore, dans ce livre remarquable, les péripéties de la modernité, avec ses équivoques et ses ironies, ses paradoxes et ses contradictions, son lot d’horreurs, mais aussi la promesse de bonheur contenue dans son potentiel utopique.
Marshall Berman
Tout ce qui est solide se volatilise. L’expérience de la modernité

La force de cet ouvrage et le bonheur de lecture qu’il procure viennent d’abord de la passion qui le porte. Dans son autobiographie, l’écrivain Elias Canetti disait qu’il était impossible de penser avec justesse un phénomène, sans en avoir fait l’expérience. C’est précisément parce que Marshall Berman a vécu – il n’est évidemment pas le seul – l’expérience de la vie moderne dans toute son intensité, au point qu’il se reconnaisse comme fasciné par la modernité, qu’il est en mesure d’en dresser un brillant panorama à travers une diversité de références littérai...

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine

Vous aimerez aussi