A lire aussi

Lecture de psychanalyste. Reflets dans un œil d’ambre

Article publié dans le n°1194 (16 mai 2018) de la Nouvelle Quinzaine Littéraire

Exercer ce métier – « impossible » selon Freud – de psychanalyste, c’est tendre son oreille et ses perceptions vers la présence de l’inconscient, vers les ressorts de la créativité, vers les modalités – étranges parfois – de la survie psychique. Supposons que cette orientation de l’attention infiltre tout le rapport au monde, aux autres, à l’art et à la littérature, au politique… Nos lecteurs discerneraient et partageraient peut-être, dans cette page à paraître un numéro sur deux, ce cheminement particulier.
Yôko Ogawa
Instantanés d’Ambre

Quand elle danse, Opale fait vibrer l’obscurité pendant qu’Agate joue d’un harmonium exténué. Dans le cabinet de lecture, Ambre dessine des silhouettes dans les marges d’encyclopédies. Entre les murs de brique d’une vieille maison cernée par un marécage, les enfants sont à l’abri du monde.


Leur mère leur interdit de sortir, de parler fort et même de prononcer leurs anciens prénoms ; elle a préféré leur en donner de nouveaux, solides et poétiques, issus des profondeurs. Opale, Ambre et Agate ne savent pas crier, ils ne peuvent que murmurer. Auraient-ils peur d’effrayer ou de faire...

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine

Vous aimerez aussi