Lecture de psychanalyste. Nous autres les fantômes, comment naissons-nous ?

Article publié dans le n°1192 (16 avril 2018) de la Nouvelle Quinzaine Littéraire

Exercer ce métier – « impossible », selon Freud – de psychanalyste, c’est tendre son oreille et ses perceptions vers la présence de l’inconscient, vers les ressorts de la créativité, vers les modalités – étranges parfois – de la survie psychique. Supposons que cette orientation  de l’attention infiltre tout le rapport  au monde, aux autres, à l’art et à la littérature, au politique… Nos lecteurs discerneraient et partageraient peut-être, dans cette page à paraître un numéro sur deux, ce cheminement particulier.

Nous déposons nos empreintes en vous. Peut-être tentez-vous de les effacer, de laisser le sable les recouvrir, ces traces des absences insurmontables ? Mais notre nature est de ne jamais nous laisser effacer ; nous sommes l’attente même – sans renoncement possible – d’être reconnus. Nos pas, toujours, s’impriment en vous ; obstinément, nous les gravons en vous, plus profondément encore au fil des générations.


Elles se creusent davantage, ces empreintes, elles s’impriment en vous jusqu’à envahir le temps présent tel un pays occupé par une armée étrangère. Dès lors, dès la deuxième...

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine

Vous aimerez aussi