Sur le même sujet

A lire aussi

Livre du même auteur

Le vide et le verbe, ou l’impossible représentation

Article publié dans le n°1148 (01 avril 2016) de la Nouvelle Quinzaine Littéraire

Martin est un livre sur la mémoire et l’amitié, sur les quadras de notre époque, sur l’impuissance des images. Martin est un livre sur le corps et la matière, et aussi sur Rimbaud. Martin est un livre sur Martin, génial SDF. Martin est un livre sur l’échec. Martin est une réussite.

Martin et le narrateur ont grandi ensemble, quasiment en frères, ils ont tout partagé de l’enfance, sa rue de Buci dans le sixième arrondissement de Paris, ses jeux, ses bancs d’école, ses bêtises, ses défis, l’alcool et l’herbe dès le collège, l’amitié fusionnelle. Ils sont toujours ensemble, on les confond presque. Les premières amours mettent un peu de distance entre les deux amis, des études différentes, des voyages les éloignent : Martin s’installe dans une vie de couple étouffante et proprette, Martin s’enfonce dans la drogue, la rue, un certain nihilisme. Quand ses amis reçoivent ...

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine

Vous aimerez aussi