"Le soleil émerge et te tend la main"

Article publié dans le n°1087 (01 juil. 2013) de la Nouvelle Quinzaine Littéraire

Jean-Pierre Lemaire est un poète d’une extrême discrétion. Salué par Philippe Jaccottet (mais également par Pierre Oster, Jean-Claude Renard, Jean-Michel Maulpoix, Guy Goffette…) à la sortie de son premier livre, il s’est tenu en marge de la vie littéraire, publiant d’une manière très mesurée (dix recueils en un peu plus de trente ans), se refusant aux théorisations qui excluent, demeurant obstinément proche des choses les plus communes.

Soleil d’hiver


Le soleil émerge et te tend la main


au bout d’un rayon comme sur les fresques


des tombeaux égyptiens.


Toi, tu le regardes illuminer les façades à l’est,


les platanes roux, les fumées translucides


mais tu caches tes mains. Alors lui retire


peu à peu la sienne en montant ; il éclaire


seulement le monde, et ton cœur reste obscur.


Composé d’une soixantaine de poèmes qui n’excèdent la page qu’en de...

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine