Le roman algérien, miroir diffracté du « peuple qui manque »?

Au diapason de toute une série de publications récentes touchant à la sociologie de la littérature algérienne, le « Dictionnaire des romanciers algériens » de Salim Jay est un livre des plus stimulants : le spécialiste s’y montre amoureux de l’écriture et donc ami de ses sœurs et frères humains. Son ouvrage est appelé à devenir un usuel pour toutes celles et tous ceux qui voudront mieux connaître ou étudier cette si attachante production romanesque.
Salim Jay
Dictionnaire des romanciers algériens

Salim Jay, qui en 2005 a publié un stimulant Dictionnaire des écrivains marocains, nous livre, chez Serge Safran, un tout aussi attrayant Dictionnaire des romanciers algériens (sorti au Maroc à l’enseigne de la maison d’édition La Croisée des chemins). L’ouvrage résulte au premier abord d’une fréquentation paradoxale de l’Algérie et de ses lettres, puisque l’auteur avoue n’y avoir séjourné que « quatre jours […] à la faveur d’un Salon du livre », et qu’il est en réalité nourri par une vie de travaux et de rencontres avec des écrivains (Mouloud Mammeri,...

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine