Sur le même sujet

A lire aussi

Le rêve de la lecture

Plutôt que d’affirmer ou d’interroger simplement mon activité de critique à La Quinzaine littéraire, j’entreprends ce qui m’engage le plus, la lecture, en une manière d’aventure intime. J’écris sur l’amour infini que j’ai des livres, sur ce que leur présence implique. Je dis une part de mes secrets.

Truman Capote a écrit quelque part (il est si bon de laisser planer le mystère ou de croire que l’on a oublié dans quel livre) que « l’amour est une chaîne d’amours », que « quand on aime une chose, on peut en aimer une autre, et c’est quelque chose qu’on possède, quelque chose avec quoi on vit ». C’est précisément ce qui se passe lorsque, rêveur ou inquiet, je regarde les rayons de ma bibliothèque, confrontant la manière d’inventaire mental qui m’accompagne toujours, et l’ordre, plus ou moins dérangé ou incompréhensible, qui ordonne la place que cha...

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine

Vous aimerez aussi