Sur le même sujet

Le retour d'un père fondateur

Article publié dans le n°1078 (16 févr. 2013) de la Nouvelle Quinzaine Littéraire

Au fil des années, le nombre des fondateurs du parti communiste salis puis effacés de l’histoire officielle n’a cessé de grandir pour ne laisser la place qu’à quelques personnages assez tard venus sur la scène de l’histoire mais d’une docilité exemplaire à l’égard du Kremlin.
Julien Chuzeville
Fernand Loriot. Le fondateur oublié du Parti communiste

Le premier à avoir subi ce sort est l’instituteur Fernand Loriot, dont Julien Chuzeville retrace ce que l’on ne saurait appeler « la carrière » ; Loriot est en effet l’exemple même du militant syndicaliste, socialiste puis communiste, à qui l’idée de carrière est totalement étrangère, et à qui même elle paraîtrait incongrue, voire déshonorante. Ainsi on n’imagine pas un instant Loriot se pavanant, l’air important, dans un cabinet ministériel. Les temps ont bien changé !


Julien Chuzeville publie la première biographie de cet oublié de l’histoire, qui fut le premier ...

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine

Vous aimerez aussi