A lire aussi

« Le quotidien, le concret, le prosaïque ». Entretien avec Jean-Philippe Toussaint

Jean-Philippe Toussaint aurait-il pris Marie Desplechin à la lettre, elle qui souligna (dans « Le Monde » du 18 septembre 2009) son penchant pour les clés littéraires ? De fait, l’écrivain nous donne très concrètement à lire un roman « à clé » en publiant « La Clé USB » (septembre 2019). Ce récit s’ouvre sur un « blanc », une énigmatique vacance de quarante-huit heures… Un petit pan de temps blanc qui attise notre curiosité de lecteurs. Dans l’entretien qu’il a bien voulu nous accorder, il revient sur son goût constant pour « le quotidien, le concret, le prosaïque », que le titre même de ce dernier roman semble confirmer.

Claire Olivier : Votre dernier livre publié, Made in China (2017), s’ouvre sur un lien renvoyant au film The Honey Dress, dont le tournage constitue une part importante de votre récit. Comment considérez-vous cette articulation ?


Jean-Philippe Toussaint : Au-delà du fantasme de sortir physiquement des limites du livre qu’on est en train d’écrire, l’idée qui m’intéressait dans Made in China, c’était de faire surgir, comme par magie, de la musique des pages d’un livre. Il y a quelque...

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine

Vous aimerez aussi