Sur le même sujet

A lire aussi

Articles du même critique

Le premier de nos écrivains

La constance est une vertu chez cet auteur. Parmi la vingtaine de titres qu’il a publiée, la moitié ressuscite des Anciens qu’on prend moins la peine de lire : Montaigne, Bossuet, Racine, Saint-Simon, aujourd’hui La Bruyère.
Jean-Michel Delacomptée
La Bruyère, portrait de nous-mêmes

Ces auteurs ne nous parlent plus, brouillonnent les Modernes - ou peu s’en faut. La paresse intellectuelle agit comme un glyphosate : « Nous qui nous croyons à la pointe du progrès baignons dans une illusion de nouveauté. » La rigueur de Jean-Michel Delacomptée le conduit à défendre, à travers les grandes œuvres, leurs auteurs et notre langue. Dans sa Lettre de consolation à un ami écrivain, en 2016, il notait que les Anciens « sont habités par la langue au point que leur passion engage chacun de leurs mots, chacune de leurs phrases. […] Ils écrive...

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine

Vous aimerez aussi