Sur le même sujet

A lire aussi

Livre du même auteur

Le portraitiste des écrivains

Article publié dans le n°1084 (16 mai 2013) de la Nouvelle Quinzaine Littéraire

Le visage de Proust serait-il aussi connu sans le portrait qu’en fit Jacques-Émile Blanche ? Peintre singulier à l’écart des modes de son temps, personnage complexe aux multiples talents, Jacques-Émile Blanche a fait l’objet de deux expositions à l’automne dernier. Un beau livre a paru à cette occasion, permettant de mieux connaître cet artiste attachant qui fut aussi écrivain.
Jane Roberts
Jacques-Emile Blanche

Né en 1861 et mort en 1942, Blanche fut surtout un peintre de la Belle Époque, fréquentant le tout-Paris artistique et mondain. Fils du docteur Émile-Antoine Blanche, qui soigna dans sa clinique Gérard de Nerval, Théo Van Gogh et Maupassant, il fut dès l’enfance introduit dans les milieux de la bonne société où se recrutera plus tard l’essentiel de sa clientèle. Suivant le fil d’une biographie artistique, Jane Roberts éclaire la formation du futur peintre. Délaissé par son père, qui comprit vite que son fils n’aurait pas de goût pour la médecine, il trouva auprès de sa mère une attention...

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine

Vous aimerez aussi