Sur le même sujet

A lire aussi

Le numérique contre la démocratie

Les essais publiés par Éric Sadin depuis dix ans traquent les mouvements d’ensemble, mais aussi les déplacements infinitésimaux de nos liens avec les ordinateurs, les téléphones, les objets connectés, les réseaux. Au terme d’un cycle d’écrits importants sur la société mondialisée du numérique, le philosophe, sans tout à fait lâcher ses objets de prédilection, déplace son regard vers les conséquences sociologiques et politiques de vingt ans d’évolution technique, autrement dit vers ce que les machines et les « services » qu’elles offrent ont fait de nos vies, en créant le mythe actif d’une surpuissance de l’individu.
Éric Sadin
L’Ère de l’individu tyran : la fin d’un monde commun

Une humanité diminuée ?


Pour ceux qui suivent les ouvrages de Sadin, le lien se fait assez aisément entre ce dernier essai et L’Humanité augmentée (L’Échappée, 2013) – à ceci près que le point de vue du philosophe, d’abord curieux et prospectif, s’est transformé en un regard inquiet et alarmiste : l’ordinateur et le téléphone, conjugués à divers phénomènes de mode au cinéma, ont construit ou reconstruit l’idée d’un individu doté de super-pouvoirs. Une ancienne publicité d’un grand opérateur français filmait cela, au début des années 2000, joua...

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine

Vous aimerez aussi