A lire aussi

Le Nostradamus du mois prochain.

Entretien avec Gary Shteyngart (1)

La Quinzaine littéraire – Mon appareil enregistreur posé sur la table me fait penser à l’äppärät, l’objet omniprésent dans Super triste histoire d’amour. Qui vous a inspiré le choix de ce nom ?


Gary Shteyngart – Äppärät vient d’apparatchik, un mot russe.


QL – À quoi pensiez-vous lors de la rédaction de ce livre ?



G. S. – J’anticipais l’effondrement des États-Unis. On était en 2006, avant que les choses s’écroulent vraiment. La première versi...

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine