Sur le même sujet

Le mot et la chose

Du temps où cardinaux et courtisanes se croisaient au détour des palais vénitiens et des petites maisons parisiennes, un abbé de cour, Lattaignant, interrogeait une femme du monde : « Madame, quel est votre mot / Et sur le mot et sur la chose ? »
Lydia Vazquez
L'orgasme féminin au XVIIIe siècle. Libération ou nouvel asservissement (Himéros)
Linda Williams
Screening sex. Une histoire de la sexualité sur les écrans américains (Capricci)

C’est que l’époque détournait les termes et polissonnait poliment avec un langage gazé dont l’érotisme est bien plus fin que toute la gamme des propos pornographiques : « on est convenu de prendre un mot honnête, / Au lieu d’un mot qui ne l’est pas », comme l’écrivait dans Les Cœurs un connaisseur, le chevalier de Boufflers. La question de la représentation du plaisir est au centre de deux publications passionnantes très différentes, un essai de l’Espagnole Lydia Vázquez, professeur à l’université du Pays basque, sur l’orgasme féminin des Lumières, et une...

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine

Vous aimerez aussi