A lire aussi

Articles du même critique

Le Japon analysé par un des siens

 Né le 19 septembre 1919, Shûichi Katô est décédé le 5 décembre 2008 à Tokyo. Il avait 89 ans. C’était une des dernières grandes figures intellectuelles du siècle passé. Médecin hématologiste formé à l’Université de Tokyo, savant et engagé, bon connaisseur du marxisme mais critique à l’égard de tout dogmatisme, il a traversé le XXe siècle japonais en observateur critique.
Shûichi Katô
Le temps et l'espace dans la culture japonaise (Nihon bunka ni okeru jikan to kûkan)

Durant la Seconde Guerre mondiale, il exerce la médecine sans dissimuler son opposition au militarisme, et participera après la guerre à une mission médicale de l’armée américaine sur les irradiés de Hiroshima. Son pacifisme militant est issu de cette expérience. Parallèlement, Katô s’engage dans des cercles littéraires, lit Valéry, Proust et Gide, tente de créer une œuvre poétique modelée sur la métrique française. C’est en effet la France qui l’attire, et il séjournera quatre années à Paris, entre 1951 et 1955, comme chercheur en hématologie et, surtout, voyageur du savoir, visitant l’...

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine