A lire aussi

"Le Grand Art" d'Athanase Kircher (1)

Article publié dans le n°1007 (16 janv. 2010) de la Nouvelle Quinzaine Littéraire

C’est un superbe cadeau que propose l’Imprimerie nationale avec ce livre nourri par la folle et savante imagination d’un jésuite polymathe. Toutes les sciences, tous les domaines de connaissance intéressaient Athanase Kircher (1602-1680), surnommé le « Maître de cent Savoirs », classé par Umberto Eco au rang des Serendipities. Jean-Marie Blas de Roblès qui l’envoie à la découverte du Brésil dans son dernier roman considère son œuvre comme un « énorme fatras » mais lui reconnaît joliment « un certain génie dans l’art de se tromper ».
Joscelyn Godwin
Athanasius Kircher, le théâtre du monde

Rien d’étonnant à cela. La vie de Kircher est aussi haletante et variée que son œuvre, ponctuée d’évasions, d’exils et périls, de voyages en naufrages, dans les bibliothèques surtout, car il tente en vain de partir pour la Chine où son insatiable curiosité l’attire autant que son appétit missionnaire. D’une main il organise un splendide feu d’artifice pour honorer l’Électeur de Mayence, de l’autre il rédige son premier ouvrage sur le magnétisme, qu’il explique par une tendance innée des choses vers leur propre bien. Entre deux il enseigne les mathématiques, l’hébreu, le syriaque… Cherche...

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine