A lire aussi

Le fond de l’air est rouge

Article publié dans le n°1197 (01 juil. 2018) de la Nouvelle Quinzaine Littéraire

Cinq ans après l’exposition « Planète Marker » au Centre Pompidou, l’exposition « Chris Marker » à la Cinémathèque française introduit le visiteur à l’œuvre foisonnante d’un artiste inclassable et insaisissable, qui appartient pleinement à notre temps et qui continue d’en irriguer les incertitudes.

EXPOSITION

« Chris Marker. Les 7 vies d’un cinéaste »

Cinémathèque française

51, rue de Bercy 75012 Paris

Du 3 mai au 29 juillet 2018

 

CATALOGUE DE L’EXPOSITION

Sous la dir. de Christine Van Assche, Raymond Bellour et Jean-Michel Frodon, avec la collaboration de Florence Tissot

Cinémathèque française, 2018, 400 p., 45 €

En entrant dans l’exposition, nous sommes accueillis par la voix off de Florence Delay qui décline les différentes activités de Chris Marker : de cinéaste à photographe, explorateur, expérimentateur, bricoleur de technologies numériques ou écrivain… Cette dernière activité, qui est en fait la première, est une composante essentielle pour saisir la singularité de Chris Marker, ce Christian Bouche-Villeneuve, né étrangement à Neuilly-sur-Seine en 1921 et mort en 2012, aux antipodes, rue Courat, dans le XXe arrondissement de Paris.


L’exposition commence donc par des livre...

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine