Sur le même sujet

A lire aussi

Le dur désir de dessiner

Article publié dans le n°1212 (01 avril 2019) de la Nouvelle Quinzaine Littéraire

Aragon poète, écrivain, romancier, penseur, essayiste, journaliste. Mais aussi, moins connu, Aragon dessinateur, coloriste, créateur d’images. Sur un mode privé, certes, mais de manière intense. Les Éditions Helvétius viennent de publier un fac-similé étonnant : « J.R -75- / Le Cadeau à Jean », vaste ensemble de dessins et de collages offerts à Jean Ristat qui dit l’amour, le désir, le jeu, la fantaisie et ce que le dessin permet de dire sans toujours l’écrire.
Louis Aragon
« J.R -75- / Le Cadeau À Jean »

Louis Aragon a toujours dessiné : on trouve dans les lettres et les manuscrits de la période de guerre (la première) puis dans la période Dada de très nombreux croquis de personnages, des autoportraits, nés de ratures ou de lignes enchevêtrées, mais aussi d’actes volontaires de représentation. On trouve ainsi dans les Lettres à André Breton[1] une vue par la fenêtre qui fait songer à certains tableaux de Matisse, un cheval, des cadavres exquis à visée drolatique, des dessins automatiques, des jeux ty...

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine

Vous aimerez aussi