Sur le même sujet

A lire aussi

Le domaine mort

Lobo Antunes nous plonge au cœur d’un univers dans lequel ne se trouve nul réconfort, où tout se perd dans les remous de consciences déchirées entre passé et présent, innocence et culpabilité. Augmentant encore sa puissance verbale, il pousse très loin le démantèlement du langage pour dire la violence omniprésente et la perte radicale qui destine les êtres à s’égarer éternellement.
Antonio Lobo Antunes
La nébuleuse de l'insomnie

Le dernier roman de Lobo Antunes semble se rétracter, se ramasser autour d’une voix plus singulière et d’un lieu, entre incarnation et abstraction, qui semblent, dans un même mouvement, dévorer le temps, l’espace et les êtres qui hantent le monde plus qu’ils ne le peuplent. Tout semble devoir y disparaître lentement, ruiné. Tout revient à la primordialité, l’élémentaire, la sauvagerie essentielle. La Nébuleuse de l’insomnie tourne autour d’un « domaine mort », vaste propriété agricole fondée par un homme brutal et autoritaire qui ne finit pas de perdre sa splendeur et s...

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine

Vous aimerez aussi