A lire aussi

Livres des mêmes auteurs

Le dilemme du rentier

 Vingt-trois romans, dont L’Hôtel du lac (Booker Prize en 1984), Le Dernier Voyage, Les Règles du consentement ont à chaque fois confirmé la place d’Anita Brookner dans la cohorte des romancières anglaises qui excellent dans l’analyse intelligente et intransigeante. Étrangers aborde sous une plume élégante le temps, la vieillesse et le vide au cœur d’une bourgeoisie ouverte aux courants d’air, en perpétuel exil.
Anita Brookner
Etrangers (Strangers)
(Fayard)

« La solitude est à l’esprit ce que la diète est au corps », disait Vauvenargues et Anita Brookner lui fait écho dans ce roman situé dans le joli quartier de South Kensington à Londres où Paul Sturgis, bel homme de soixante-treize ans, vieux garçon, médite sur son avenir au hasard de ses promenades vers la Tamise, Hyde Park et l’Albert Hall, ou à la faveur de rencontres rituelles, voire inopinées. Des rencontres de femmes. Sturgis a mené discrètement une existence sans histoire qui laisse intacte son insatisfaction intime et il entame désormais ses marches sous la pluie, dans «<...

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine