Sur le même sujet

A lire aussi

Le châtiment de la beauté

 Un roman à la fois doux et brutal, comme écrit en sourdine, en deçà d’un récit repris, comme un fil que l’on tire d’une précieuse passementerie qui se défait. Un beau portrait de femme en même temps qu’un conte sur le désir empêché, l’amour et l’infidélité, l’ennui et la soumission, la politique et la volupté, la liberté et son châtiment. 
Jacques Tournier
Francesca de Rimini
(Seuil)

La beauté de certaines femmes empêche le monde de tourner rond alors que d’autres, parfois, par leur sacrifice et leur soumission, le sauve, maintenant un équilibre entre les forces terribles qui traversent le monde. « La guerre était partout », et l’unique moyen d’empêcher la chute de la Romagne dans le gouffre du conflit entre Guelfes et Gibelins se love dans le corps charmant d’une jeune femme, fille du gouverneur de Ravenne dont on sacrifie le destin sur l’autel de la raison d’État en la mariant à un triste « stropiat », fils du podestat de Rimini. « Elle payait...

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine

Vous aimerez aussi