Sur le même sujet

A lire aussi

Le Brésil au crépuscule

Article publié dans le n°1158 (01 oct. 2016) de la Nouvelle Quinzaine Littéraire

Stefan Zweig (1881-1942) reste à la mode et connaît un succès posthume presque égal à celui, immense, qu’il connut de son vivant. Biographies, romans, nouvelles et essais se disputent toujours la faveur des lecteurs – et des cinéastes.

MARIA SCHRADER

STEFAN ZWEIG, ADIEU L’EUROPE

Avec Josef Hader, Barbara Sukowa, Aenne Schwarz, Matthias Brandt

Wes Anderson lui a dédié son Grand Budapest Hotel (2014), inspiré des récits et de l’incomparable Monde d’hier : Souvenirs d’un Européen, qui expliquait de première main à la fois la fin du « mythe habsbourgeois » et l’inexorable pente vers le suicide collectif du Vieux Continent. Les distributeurs français du dernier film de Maria Schrader ont été bien inspirés de le baptiser Adieu l’Europe, même si le titre allemand, Vor der Morgenröte (« avant l’aurore »), est bien plus suggestif. Stefan Zweig se pensait en effet comme l’un ...

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine

Vous aimerez aussi