A lire aussi

Le beau Géo

Personne ne connaît plus le nom de Georges Oltramare, alias le beau Géo. Il faut fouiller dans les décombres de l’Occupation et de la collaboration pour trouver trace de ce leader fasciste suisse, qui a passé la guerre à Paris, avant de se trouver à Sigmaringen, puis a été condamné à mort avant de mourir dans l’oubli en 1960. Yves Laplace enquête depuis longtemps sur lui.
Yves Laplace
Place des héros
(Fayard)

Plaine des héros n’est cependant pas qu’une enquête sur un sinistre et obscur personnage. Oltramare est aussi un homme de lettres plein de verve, un séducteur sans cesse sur le qui-vive, un amateur de bons mots qui n’aurait pas duré longtemps parmi ses amis nazis. Une figure romanesque, ambiguë à souhait.


Plaine des héros n’est pas sa biographie. C’est un roman construit en deux parties. Dans la première, « l’autre » et « moi » débattent. Leur premier dialogue a lieu en 2009, le quatrième en novembre 2011 et novembre 1932. Dans ces divers échanges...

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine