Sur le même sujet

La voie du rêve

Article publié dans le n°1209 (16 févr. 2019) de la Nouvelle Quinzaine Littéraire

Poursuivre la chanson lente et violente des poèmes qu’il écrit pour sa mère, telle semble la volonté d’Éric Sautou avec « La Véranda ».
Eric Sautou
La Véranda

De la maison, on descend vers le jardin en passant par la véranda, ce lieu intermédiaire.  Dans cet entre-deux rêvé flotte l’ombre de la disparue. Ce mot lui-même, « véranda », d’origine exotique (portugaise ou anglaise, en passant par l’Inde), fait entendre « verre », et « voir »au futur, dans sa syllabe initiale. Comme le rêve qui relie l’inconscient au conscient, la véranda peut laisser entrevoir l’outre-monde.


À son défunt[1] portait en épigraphe ces vers d’Apollinaire : « Des enfants morts parlent pa...

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine

Vous aimerez aussi