Sur le même sujet

A lire aussi

« La vieillesse est un naufrage »

La publication du très volumineux « Journal inédit », tenu de 1937 à 1950 par le philosophe Alain, a fait l’effet d’une bombe.
Alain
Journal inédit (1937-1950)

Michel Onfray y a trouvé l’occasion d’écrire en urgence un Solstice d’hiver. Alain, les Juifs, Hitler et l’Occupation (éditions de l’Observatoire, 2018). Mais alors qu’Onfray se réjouit habituellement de détruire certaines de ses cibles, il semble ici écrire ce livre comme à regret. Pour ceux qui, comme lui, ont admiré l’antimilitariste, le théoricien du Citoyen contre les pouvoirs, le grand professeur de khâgne, que fut Alain, comment ne pas être abasourdi et effondré par tout ce que l’on découvre dans le Journal et qu’Onfray résume ainsi : « Des propos an...

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine

Vous aimerez aussi

Alain Ksensee

Le 02/09/2018
Apriori
Un apriori peut aussi bien masquer une chose que nous cherchons à découvrir ou la faire apparaître. L'antisémitisme est un apriori dont l'existence est assurée par des qualités comportementales est subjectives plus que discutables, mais qui sont sans cesse affirmées. Ainsi,découvrir qu'un penseur du rang d'Alain ou bien plus encore du rang de Heidegger, penseur probablement inégalé du siècle dernier, apparaissent comme véritablement antisémites est plus que troublant. Que révèle l'antisémitisme? Que dissimule-t-il? L'étude de Sartre est une tentative intéressante mais qui laisse l'appel à l'existence en marge de son étude. La question de l'antisémitisme, de ce qu'elle veut "dire",demeure fondamentale. Elle est loin d'être simple et ne saurait se contenter d'une pensée de survol.L'indignation de nos philosophes (indignation que je partage totalement) nous dispense d'un véritable questionnement.