La traversée des genres

Yves di Manno dialogue avec les photographies d’Anne Calas, poète, comédienne et chanteuse ; Anne Malaprade écrit aux auteurs qu’elle admire ; Doina Ioanid manie le conte comme personne.
Yves Di Manno
Une Traversée (Isabelle Sauvage)
Anne Malaprade
Lettres au corps (Isabelle Sauvage)
Doina Ioanid
Boucles d'oreilles, ventres et solitude (Cheyne)

Chez Yves di Manno, avant même les photos qui accompagnent le texte, la ponctuation joue sa partie, en s’interposant à l’intérieur du titre à une place inusitée : entre l’article et le substantif. La virgule interrompt une action. La traversée aura-t-elle lieu ? C’est une première lecture. La seconde pourrait être : une (femme) est traversée. Autant dire que chez lui la ponctuation raconte, contribue au récit sous-jacent. Le deux-points semble ouvrir un vers (au lieu de l’achever et d’annoncer une suite, explicative) comme on ouvre une porte :


« son t...

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine