Sur le même sujet

A lire aussi

La théorie du saint-bernard

Admettons provisoirement l'usage d'adjectifs dans les discours sur la musique ; qu'est-ce qu'on peut bien vouloir dire lorsqu'on prétend qu'une œuvre musicale est « triste » ?

Certains auteurs vont jusqu'à s'étonner qu'un morceau de musique puisse être triste (ou joyeux, ou revêtir toute autre qualité émotionnelle) puisqu'il est, par nature, dépourvu de conscience et de vie. Mais leur étonnement a de quoi surprendre : « triste » ne s'applique pas qu'aux personnes.


S'il en était besoin, le dictionnaire nous révélerait que « triste » a un autre sens, destiné aux choses : est triste ce qui exprime le chagrin, est inspiré par la mélancolie, etc. Et c'est là que commence véritablement tout le problème. La plupart de ce...

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine

Vous aimerez aussi