Sur le même sujet

A lire aussi

La terre est sans pitié

Article publié dans le n°1003 (15 nov. 2009) de la Nouvelle Quinzaine Littéraire

Qui, en France, va parfois vérifier que les célèbres et envoûtantes « nuits blanches » de Saint-Pétersbourg existent tout autant à Tallinn, capitale de l’Estonie, la latitude de ces deux villes étant approximativement la même ? Pas grand monde, si j’en juge par les indications touristiques (musées, hôtels, restaurants) rédigées en russe, finnois, letton, suédois, danois, italien, espagnol, allemand et, bien entendu, en anglais ; pas en français, sauf rare exception. Je peux le dire : j’en reviens. Et pourtant, quel étonnant pays !
A. H. Tammsaare
Cycle vérité et justice. La colline-du-voleur (Gaïa)
A. H. Tammsaare
Cycle vérité et justice. Indrek (Gaïa)
A. H. Tammsaare
Cycle vérité et justice. Jours d'émeutes (Gaïa)

Imaginez qu’un soir – façon de parler – je me suis retrouvé au milieu de 250 000 à 300 000 personnes (la population totale est de l’ordre de 1 300 000 citoyens), face à un gigantesque auditorium en plein air où s’alignaient 30 000 choristes en costumes régionaux, les 30 000 poitrines correspondantes chantant comme un seul homme, sans la moindre hésitation, sans la plus petite réverbération sonore, une multitude de chants traditionnels qu’un chef d’orchestre international faisait jaillir comme par magie du bout de ses doigts impérieux. J’avais la sensation d’être un simple grain de caviar...

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine

Vous aimerez aussi