A lire aussi

La tentation littéraire de Lévinas

Publier les cours de Heidegger donne à entendre la voix d’un grand professeur. Avec les Cahiers pour une morale, les lecteurs de Sartre découvrirent une suite virtuelle de L’Être et le Néant et comprirent pourquoi cette suite-là ne pouvait aboutir. Les inédits de Levinas présentent une autre sorte d’intérêt : montrer les tâtonnements d’un philosophe qui s’est longtemps cherché.
Emmanuel Levinas
Eros, littérature et philosophie. Oeuvres complètes, tome 3

La notoriété de Levinas a atteint son sommet plus d’une décennie après le déclin de celle de Sartre. Tous deux paraissent ainsi appartenir à des époques différentes de notre histoire intellectuelle, alors qu’ils sont nés la même année. La comparaison s’impose d’autant plus que leur point de départ était identique : la lecture heideggérienne de la phénoménologie husserlienne. Levinas parle d’un « husserlianisme élargi ». Ce n’était pas, dans les années trente, un chemin très fréquenté. Bien sûr, ils ont ensuite divergé, et l’on n’imagine pas Sartre rédigeant des

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine