Sur le même sujet

La souillure du désir

Article publié dans le n°1182 (01 nov. 2017) de la Nouvelle Quinzaine Littéraire

Lust, titre non traduit en français afin de préserver la polysémie du terme (« envie, désir, plaisir, luxure… »), n’échappe pas à cette veine ténébreuse que Jelinek a ouverte avec son entrée en littérature dans les années 1970. À sa manière, c’est-à-dire sans concession, sans le moindre souffle d’espérance, Jelinek y décrit la conjugalité. Sous la forme d’un rapport sexuel sans amour, sans tendresse, dupliqué à l’infini, tel un produit de grande consommation. Jelinek met en mots un huis clos lubrique dans une demeure bourgeoise, avec pour seul témoin l’enfant du couple, garant d...

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine

Vous aimerez aussi